Fast Fast Forward

Risques émergents – Rapport Q2

XL Catlin suit de près le développement des risques émergents afin de fournir à nos souscripteurs, ainsi qu’à nos clients, des informations pertinentes sur les évolutions de risques existants et sur les risques de demain. Cette étude trimestrielle propose un aperçu des grandes tendances dont les médias et le marché de l’assurance ont parlé au second trimestre.


L’Intelligence artificielle – Risque ou opportunité ?

L’intelligence artificielle (IA) est un ensemble de théories et de techniques mises en œuvre afin de reproduire et d’égaler certaines capacités cognitives propres à l’Homme.

Des systèmes utilisant un type simple et interactif d’AI sont déjà omniprésents dans certaines industries et de plus en plus utilisés, à travers le monde, dans le cadre de logiciels et d’applications destinés au grand public et aux entreprises. Ces technologies cognitives se généralisant, un certain nombre de questions d’ordre opérationnel et juridique se posent, tant pour les entreprises que pour les (ré)assureurs.

À ce jour, la plupart des technologies d’IA ont été développées en dehors de tout cadre réglementaire. Ces prochaines années, en revanche, les gouvernements et les instances de régulation locales vont certainement être amenés à se pencher sur les normes juridiques, éthiques et liées au respect de la vie privée, qui devront être respectées dès lors que l’on parlera d’IA.


L’IA – Un risque

L’une des facettes de l’IA qui intéresse les entreprises est l’apprentissage automatique, qui permet aux ordinateurs d’apprendre à remplir de nouvelles tâches sans qu’ils n’aient été spécialement programmés pour ce faire. La machine est alors capable de s’adapter et d’ajuster ses facultés de manière automatique. Bien que relativement nouveau, ce pan de l’IA se développe rapidement.

Un nombre croissant d’industries allant adopter l’apprentissage automatique, certaines questions se poseront dès lors qu’il s’agira de déterminer à qui incombe la responsabilité de la défaillance d’une application basée sur l’IA. Il en ira de même pour les questionnements liés à la propriété intellectuelle, aux risques ayant trait au cyber et aux données, à la responsabilité des produits défectueux, à celles des employeurs et/ou aux erreurs qui peuvent être commises lors de la conception d’une application.


L’IA – Une opportunité

Les entreprises qui intégreront l’IA à leurs activités seront en mesure de fournir leurs produits et leurs services de manière plus rapide, intelligente et efficace. L’automatisation permettra également aux industriels et aux fournisseurs –pour ne citer qu’eux– de mettre en place de meilleurs procédés de fabrication et d’approvisionnement (en créant des systèmes qui sont capable d’apprendre par eux-mêmes et de s’adapter) pour améliorer leur productivité. Les données générées par ces systèmes et ces machines connectées permettront de créer des systèmes d’analyse prédictive qui étayeront les prises de décisions stratégiques.

Les assureurs, quant à eux, seront capables d’augmenter en efficacité, notamment en tirant profit d’analyses de données en temps réel leur permettant de mieux souscrire certains risques et de s’attaquer à de nouveaux marchés. Cela passera, sans aucun doute, par une utilisation du big data, de modèles prédictifs et, de manière générale, d’une utilisation plus poussée de l’informatique pour mieux comprendre les risques auxquels leurs clients sont confrontés, réduire leurs frais et proposer une meilleure qualité de service.

Au sein d’XL Catlin, nous avons créé Accelerate, une équipe interne dédiée à l’innovation qui travaille en étroite collaboration avec nos souscripteurs pour identifier des opportunités commerciales en lien avec les nouvelles technologies, notamment l’IA. L’équipe a pour mission d’améliorer l’expérience de nos clients – de la mise en place d’une police à la gestion d’un sinistre.

Pour en savoir plus sur l’IA, découvrez notre article Maman, c’est quoi un volant ?


L’Insurtech

Les grands assureurs prêtent de plus en plus d’attention à l’Insurtech (Insurance Technology) et y investissent de manière significative.

Tendance émergente, l’Insurtech correspond à une communauté de start-ups portées sur l’innovation, la transparence sur le marché de l’assurance et la pertinence du rôle des assureurs. Elle vise à mieux répondre aux demandes –en pleine évolution– des consommateurs et à leurs attentes en imaginant de nouvelles propositions commerciales et de nouveaux produits. Elle pourrait faciliter l’accès des assureurs à de nouveaux marchés et la création de nouveaux axes de croissance pour le secteur.

Le champ d’action de l’Insurtech est vaste mais les start-ups du domaine s’intéressent de manière privilégiée aux thématiques suivantes : l’engagement « digital » des clients, l’analyse de données, une approche de l’assurance on demand et le développement de nouveaux business models (à l’instar de l’assurance peer-to-peer), l’internet des objets, etc.

D’un point de vue de la (ré)assurance, les agences de notation financière estiment que la disruption à court terme sur le marché traditionnel de l’assurance est limitée et qu’elle n’aura pas d’incidence immédiate sur la notation des assureurs. Ces start-ups sont en effet souvent limitées de par leur taille et tendent à s’intéresser à des produits ou services de niche. En s’associant à des compagnies d’assurance, elles peuvent bénéficier de leurs canaux de distribution et de leur environnement réglementaire.

Malgré un impact immédiat limité sur la notation des assureurs, les agences de notation financière ont prévenu que les (ré)assureurs qui n’investiront pas dans la digitalisation et l’innovation ces prochaines années en souffriront.

L’entité dédiée au capital-investissement d’XL Catlin, XL Innovate, investit activement dans de jeunes pousses prometteuses en passe d’inventer de nouveaux modèles pour l’assurance, ainsi que dans des sociétés d’analyse de données qui développent des applications à même de révolutionner l’utilisation que font les assureurs de leurs données.

En savoir plus sur XL Innovate et ses investissements les plus récents.


Le transport maritime autonome

Les navires autonomes font beaucoup parler d’eux dans le monde du transport maritime. Tout comme les camionnettes autonomes dans le cadre du transport routier, ces navires –qui seront contrôlés par des équipes à terre– permettrait de réduire les risques et le coût associés aux erreurs du personnel de bord, tout en permettant de gagner en efficacité.

Ces navires incorporeront de nouvelles technologies intégrant des capteurs et des systèmes d’apprentissage automatique pour analyser un certain nombre de données maritimes et être en mesure d’adapter leur parcours pour suivre des itinéraires plus sûrs.

Le secteur maritime doit encore faire face aux problématiques d’ordre réglementaire et juridique associées aux standards maritimes actuellement en vigueur (et développés pour des navires habités) avant que ces navires autonomes puissent être introduits formellement. Les entreprises du secteur devront, par exemple, se mettre d’accord quant à l’applicabilité des directives maritimes internationales (notamment les règles concernant le nombre minimum d’employés à bord).

La responsabilité civile liée aux règles de navigabilité, les erreurs de navigation et les éventuelles collisions devront également être prises en comptes lors de l’éventuelle révision de ces directives. Sans règles claires, il sera difficile de déterminer la responsabilité de chacun –fabricants de navires et équipementiers maritimes, développeurs de logiciels et navigateurs « à distance ».

Ces systèmes autonomes pourraient également être vulnérables aux risques liés au cyber et créer de nouvelles expositions dans le cadre de polices d’assurance transport existantes.

Pour en savoir plus sur l’autonomie mobile, découvrez notre Q&A avec le Dr Graeme Smith.

Copyright 1996-2017  XL Group Ltd All Rights Reserved

XL utilise deux types de cookies sur ce site.

  1. to enable the site to operate and retain any preferences you set; and
  2. for analytics to make the site more relevant and easy to use.

Les cookies ne contiennent pas de données à caractère personnel. Pour plus d'information sur ……. cliquer ici. Afin de respecter la réglementation européenne en matière de protection des données personnelles, nous vous demandons de confirmer votre accord concernant l'utilisation des cookies.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre poste. Si vous décidez de changer vos préférences en matière de cookies, ce message apparaîtra la prochaine fois que vous vous connecterez.