Fast Fast Forward

Blockchain : La prochaine révolution?

Blockchain 500

By

Concevoir, négocier, vendre et gérer au quotidien un programme d’assurance exige un ensemble complexe de communications et de transactions entre un client, un courtier, un assureur, des coassureurs, des réassureurs  et, parfois, une cédante ou une captive, sans oublier un éventuel réseau de partenaires, de gestionnaires de sinistres et de juristes.

Un volume impressionnant de données est partagé, plusieurs contrats établis et exécutés, et de multiples  virements sont effectués entre les différents participants du programme. Le volume et la complexité de ces communications et de ces transactions sont décuplés lorsqu’on a à faire à un client international.

La technologie
Blockchain permettra-t-elle de gérer ces programmes de manière plus sûre, efficace et à moindre coût ?

Pas uniquement une technologie de crypto-monnaies…

Certains experts estiment que la
Blockchain représente la cinquième grande vague informatique, après les ordinateurs centraux, les PC, l’Internet et les réseaux sociaux. Elle provoquera, selon eux, une véritable rupture dans de nombreux secteurs, dont celui de l’assurance.

La
Blockchain a été développée afin de permettre au Bitcoin d’exister. Ce dernier –comme d’autres crypto-monnaies– continue d’évoluer mais c’est à la Blockchain que les professionnels de la technologie s’intéressent de plus en plus. Sa flexibilité et sa résilience sont sans précédent, tout comme la transparence et la sécurité qu’elle apporterait à nombre d’industries.

De quoi s’agit-il exactement ? Une
blockchain est une archive de transactions protégée et partagée, à laquelle les utilisateurs ont accès, ce qui permet d’assurer une totale transparence et une réconciliation simplifiée entre les différentes parties. Dans une blockchain (ou « chaîne de blocs »), un lot de transactions validées (ou « blocs ») est lié pour former une chaîne, d’où le nom de la technologie. Chaque bloc est estampillé et inclut une signature unique (appelée « hash »), fournie par le bloc précédent. Ces deux éléments servent à garantir l’intégrité de la chaîne.

Chaque utilisateur d’une
blockchain est propriétaire de l’archive mais aucune entité ne la contrôle pleinement. Tous les utilisateurs autorisés en possèdent une copie à jour et les nouvelles transactions ne peuvent être validées que si les précédentes ont été réconciliées. La fraude est ainsi pratiquement impossible et aucun intermédiaire n’est nécessaire pour vérifier et valider les informations transmises par les différentes parties. Et parce qu’une information inclue à une blockchain ne peut être modifiée, elle offre une base de données inaltérable et contrôlable.

La technologie est extrêmement flexible et peut être utilisée non seulement pour une transaction commerciale mais également pour suivre un actif physique, comme un acte de propriété, un équipement prêté ou un objet de valeur, telle qu’une œuvre d’art ou un bijou.

Vers un bouleversement des processus opérationnels?

La
Blockchain permet de simplifier les transactions entre les différentes parties d’un contrat d’assurance et d’améliorer la manière dont les entreprises délèguent leur autorité, effectuent des paiements et réconcilient leur solde. Les bénéfices incluent donc un temps de traitement réduit, ainsi qu’une qualité et une sécurité des données accrues.

A titre d’exemple, chaque signataire d’un contrat d’assurance aura accès à une copie identique des informations fournies lors de son établissement et à l’ensemble des documents juridiques concernant le risque couvert. Le processus de conception, négociation et signature d’une police serait ainsi simplifié et considérablement accéléré.

Les contrats issus de cette technologie (ou « 
smart contracts ») offrent également des avantages pour les assureurs qui ont des mandats avec des autorités déléguées, comme des agents généraux ou des agences de souscription. Dans le cadre de ces modèles de distribution, les assureurs et les courtiers ont pour habitude de sous-traiter l’agrégation et la validation des données fournies par ces acteurs. Une blockchain liant les assureurs et leurs autorités déléguées pourraient permettre de ne plus avoir recours à ces prestataires.

Ces contrats intelligents permettent également de programmer l’exécution d’actions spécifiques après que différentes conditions aient été remplies. Ces contrats, rendus possibles par la
Blockchain, permettront d’automatiser les paiements entre clients, courtiers et (ré)assureurs. Un blockchain pourrait ainsi ordonner automatiquement  le versement de fonds après qu’un sinistre soit survenu, s’il entre dans le cadre d’une police souscrite. Un processus simplifié qui permettrait aux clients d’être payés plus rapidement et aux assureurs de gagner en efficacité.

De la même manière, dans le cadre de programmes d’assurance internationaux, cette technologie pourrait être utilisée pour générer des certificats d’assurance dans différents pays ou transférer des fonds d’une captive à une entreprise.

Pour l’instant, ces applications ne sont que prospectives et le secteur de la (ré)assurance n’utilise la
Blockchain que dans des environnements de test. Les assureurs s’intéressent en particulier aux transactions pour lesquelles plusieurs parties sont en jeu et la création d’une archive contrôlable est nécessaire. Pour les transactions et les processus qui ne requièrent pas d’archivage particulier, les bases de données traditionnelles et l’utilisation de prestataires resteront la norme.

Quid des autres secteurs?

Selon Coindesk, media de référence de la crypto-monnaie, les investissements réalisés au premier trimestre 2016 dans le
Bitcoin et la Blockchain ont dépassé le milliard de dollars. A l’inverse, les investissements dans les start-ups liées aux paiements et au trading sont en déclin. Le site internet confirme également que l’intérêt pour la technologie Blockchain n’est plus limité à l’industrie financière.

La prochaine génération d’applications
Blockchain pourra, par exemple, faciliter la vente d’actifs immobiliers, en simplifiant les transactions entre acheteurs, vendeurs, intermédiaires et banques, et en révolutionnant le traitement et l’archivage des titres de propriété.

La technologie pourra également être utilisée par les grandes maisons de gemmologie qui pourront déposer une « empreinte » sur leurs diamants pour en assurer la provenance, et ces données pourront être stockées de manière sécurisée dans une
blockchain afin d’être rendues disponibles aux acheteurs, aux courtiers, aux assureurs et aux autorités. Une approche similaire est envisageable pour d’autres objets de valeur, comme les œuvres d’art.

La fin d’une ère

Depuis l’introduction en 2009 du
Bitcoin et de la Blockchain en open source, le monde s’est rendu compte qu’un registre sécurisé et décentralisé capable d’archiver des transactions peut être un outil puissant et flexible. Reste à savoir combien de temps il faudra pour que ses effets radicaux et « disruptifs » se fassent ressentir. Cela prendra-t-il un à deux ans ? Ou bien plutôt cinq à dix ans?

Quoi qu’il en soit, XL Catlin s’intéresse aux possibilités de la
Blockchain et nous explorons activement différentes initiatives pour comprendre comment cette technologie pourrait être pertinente dans le cadre de nos activités. Et bien qu’il soit encore trop tôt pour dire à quelle vitesse cette technologie sera mise en place dans la (ré)assurance –et d’autres industries– nous pensons qu’il s’agira d’une rupture aussi importante pour l’industrie financière que les tableurs l’ont été pour la comptabilité.

Copyright 1996-2017  XL Group Ltd All Rights Reserved

XL utilise deux types de cookies sur ce site.

  1. to enable the site to operate and retain any preferences you set; and
  2. for analytics to make the site more relevant and easy to use.

Les cookies ne contiennent pas de données à caractère personnel. Pour plus d'information sur ……. cliquer ici. Afin de respecter la réglementation européenne en matière de protection des données personnelles, nous vous demandons de confirmer votre accord concernant l'utilisation des cookies.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre poste. Si vous décidez de changer vos préférences en matière de cookies, ce message apparaîtra la prochaine fois que vous vous connecterez.