Fast Fast Forward

Asset managers, vos risques opérationnels vous empêchent-ils de dormir ?

By

Avant 2007, le secteur de la gestion d’actifs se portait au mieux, dégageant des marges et une profitabilité importantes, notamment grâce à une abondance de liquidités. Depuis la crise, en revanche, la croissance est faible et, malgré une augmentation des actifs gérés, les taux de marge ont diminué.

Ces dernières années, les investisseurs se sont montrés plus réticents en raison de conditions économiques et politiques incertaines. Lorsqu’ils investissent, ils veulent optimiser leur portefeuille et sont ainsi moins enclins à payer les frais de gestion associés aux fonds actifs ; ils privilégient en conséquence des fonds passifs. Ils exigent en même temps une forte personnalisation de leur portefeuille et des investissements qui correspondent parfaitement à leur profil, une tendance qui coûte cher aux gestionnaires d’actifs.

Par ailleurs, les acteurs de l’asset management sont soumis à une surveillance de plus en plus stricte de la part des autorités de régulation et doivent faire preuve de davantage de discipline. Or, s’adapter et rester en conformité avec les nombreuses mesures dictées par les nouvelles réglementations nécessitent un investissement conséquent, si bien que le fonctionnement d’une société de gestion devient de plus en plus cher.

Ces problématiques viennent s’ajouter à une autre dynamique majeure à laquelle le secteur est confronté –la disruption par la technologie. Les nouvelles technologies ont permis à de nouveaux concurrents agressifs de se lancer –souvent des pure players digitaux ayant moins de frais que les sociétés de gestion traditionnelles. C’est pourquoi ces dernières investissent dans de nouvelles plateformes conçues pour réduire le coût de la gestion de leur clientèle –plus pressée et tech-friendly qu’elle ne l’était auparavant. Les asset managers qui adoptent ces nouveaux business models gagnent en efficacité mais sont également plus exposés aux risques d’ordre opérationnel –ayant trait à la technologie et à la quantité de données qu’ils collectent et stockent désormais.

 

" Et parce que les incidents liés aux risques opérationnels peuvent avoir un impact majeur, une solution assurantielle peut jouer un rôle critique dans la stratégie de gestion du risque d’une société de gestion.

 

Pour être compétitifs et accroître leurs marges, il est devenu essentiel pour les gestionnaires d’actifs de tenter d’optimiser leurs dépenses. Une récente étude Ernst & Young, qui compare les points de vue de risk managers, de responsables des risques opérationnels, de directeurs juridiques et de directeurs de la conformité de quelques-unes des plus grandes sociétés de gestion européennes, fait ressortir la rationalisation des opérations comme un concept clé pour les acteurs souhaitant rester dans la course.

Les participants à l’étude dont les entreprises ont adopté des mesures de réduction des coûts depuis la crise financière ont cité différentes stratégies qui peuvent être catégorisées de la manière suivante :

• Évaluation et réorganisation des gammes de produits

• Mise en place de solutions mutualisées pour la gestion de tâches critiques

• Sous-traitance de certaines activités du middle office voire du front office

• Recherche de solutions innovantes auprès des fournisseurs

Ces stratégies permettent certes aux entreprises de mieux gérer leurs coûts et d’augmenter en efficacité, mais elles introduisent également de nouveaux risques pour l’entreprise. La sous-traitance, par exemple, Sous-traitance dans le secteur bancaire : quels sont les risques, vient avec son lot de risques opérationnels.

L’étude présente également un nombre de catégories de risques qui « empêchent les professionnels du risque [du secteur] de dormir » et démontre que le risque opérationnel est devenu une véritable source d’inquiétude pour les gestionnaires d’actifs. La catégorie « risque opérationnel pur » arrive en tête, citée par 93% des participants ; plusieurs autres catégories sont directement liées aux risques opérationnels, comme les risques liés à la législation et à la conformité, ceux liés à la sous-traitance ou encore ceux associés à la technologie et aux données. Les risques opérationnels sont également pris en compte dans le calcul des fonds propres règlementaires des sociétés de gestion, retenant d’autant plus l’intérêt des asset managers.

Pour répondre efficacement à ces risques, les gestionnaires doivent avoir une solide stratégie de contrôle en place. Et parce que les incidents liés aux risques opérationnels peuvent avoir un impact majeur, une solution assurantielle peut jouer un rôle critique dans la stratégie de gestion du risque d’une société de gestion.

En plus de protéger l’entreprise contre les conséquences financières des risques opérationnels, une solution de transfert du risque peut permettre de bénéficier d’un certain nombre d’avantages parmi lesquels :

• Un complément aux capitaux propres de l’entreprise (l’assurance des risques opérationnels permet à l’assuré d’optimiser l’utilisation de ses fonds propres)

• Un moyen de transférer certains risques associés aux initiatives de réduction des coûts, comme la sous-traitance (la police peut être adaptée pour cibler un département en particulier)

• Une réduction du risque lié au développement de nouveaux business models (la police peut répondre aux besoins spécifiques d’un nouveau produit ou d’une nouvelle activité)

Dans l’environnement actuel de taux bas et d’exigences réglementaires complexes, l’efficacité et la productivité sont devenues essentielles pour les asset managers, ce qui se traduit souvent par une augmentation des risques opérationnels. Les professionnels de la gestion d’actifs doivent donc se renseigner, auprès de leurs courtiers, afin de savoir si une solution assurantielle pourrait être adaptée aux risques auxquels leur société est confrontée. Le cas échéant, il est recommandé de travailler avec un assureur ayant les reins solides sur le plan financier et étant en mesure d’offrir une capacité suffisante.

Copyright 1996-2017  XL Group Ltd All Rights Reserved

XL utilise deux types de cookies sur ce site.

  1. to enable the site to operate and retain any preferences you set; and
  2. for analytics to make the site more relevant and easy to use.

Les cookies ne contiennent pas de données à caractère personnel. Pour plus d'information sur ……. cliquer ici. Afin de respecter la réglementation européenne en matière de protection des données personnelles, nous vous demandons de confirmer votre accord concernant l'utilisation des cookies.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre poste. Si vous décidez de changer vos préférences en matière de cookies, ce message apparaîtra la prochaine fois que vous vous connecterez.